Ombres Blanches

Kim, de la Librairie Ombres Blanches, à Toulouse, a lu et aimé Agrapha.

"Agrapha" est inclassable. "Agrapha" déploie plusieurs temporalités, plusieurs langues, plusieurs narrations. Au cœur du texte (ou des textes) une matière médiévale, un long poème traduit par la narratrice, qui raconte huit femmes qui vivent recluses dans une grotte au beau milieu d'une forêt aux alentours de l'an mil.
Plus on avance dans le texte plus la narratrice (qui, elle, vit à notre époque) est présente, tantôt sous forme de journal, tantôt sous forme de notes, tantôt sous forme d'ajouts à la traduction. Ce roman est fou, ambitieux, exigeant, envoûtant, le travail et la réflexion sur la langue sont passionnants.
L'écriture de Luvan est en elle-même une expérience qu'il faut faire une fois dans une vie de lecteur, elle est énigmatique, imaginative, poétique et entière, il faut accepter de se laisser transporter par le texte, de le lire à haute voix parfois, de lire entre les lignes, dans les silences, dans tout ce qui n'est pas écrit.