Par les yeux de Hugues

Hugues Robert (Librairie Charybde) a posé les yeux sur Agrapha et en fait une lecture éclairée et enthousiaste, sensitive et perspicace, qui me touche beaucoup.

"L’immersion conduite par la narratrice est un voyage, voyage au bout d’une nuit radieuse, voyage au bout du fleuve naturel d’une expérience de pensée singulière, dans laquelle le passé se fond avec l’actuel, en une belle présence du fantastique, pour mieux irriguer l’avenir".

"Les textes étudiés par la narratrice dans le calme austère et baroque des bibliothèques savantes autrichiennes ou bavaroises révèlent au fil des pages leur fonction discrète de passage vers une réalité différente, en direction d’une contre-histoire où la parole des vainqueurs n’aurait rien eu d’inéluctable".

Une chronique classée dans : ALIÉNATION, BIENVEILLANCE, CHLOÉ DELAUME, COMMUNAUTÉS DE FEMMES, DOMINATION, ETUDE DE TEXTES, FRANÇOISE MORVAN, FUSIONS, GENE WOLFE, HARRY MARTINSON, HISTOIRE, HOMÈRE, JEAN-YVES JOUANNAIS, LAURE AFCHAIN, LÉO HENRY, LINGUISTIQUE, LITTÉRATURE BELGE, LITTÉRATURE FRANÇAISE, LUTTE, MANUSCRIT, MARIE COSNAY, MATHIAS ECHENAY, MISE EN ABÎME, MOYEN-ÂGE, MYTHOGRAPHIE, MYTHOLOGIES, POÉSIE, RELIGION, ROMAIN VERGER, ROMAN, RUSSELL HOBAN, SCOTT BAKER, SOLVEIG ACKERFELD, SORORITÉ, SYNCRÉTISME, TRADUCTION

<3 <3 <3 <3