Actualités

Comment dire…

Ce que j’aurais voulu, c’est que l’on donne aussi la parole aux personnes qui ont une vraie intention derrière leur emploi du neutre : qu’elle soit personnelle (pour parler mieux de soi), politique (féministe ou queer) ou juste esthétique (car cela compte aussi).

Eva D. Serves a invité Alpheratz, Kalo B, Ketty Steward,Lati Babeni, Zeph et ma pomme à papoter genre et langue sur Discord.


©Eva D. Serves

Elle présente un compte-rendu de nos échanges sur son blog.

À lire ici.

+

Agrapha méta

Jean Mertens, de Nulle Part, a lu Agrapha et le prolonge par sa poésie propre :

La cambrure laiteuse d'un brouillard
assied sur le proche visible (7 2 21)
un figé qui sied à une lecture d'Agrapha.

Comment comblerions-nous les creux
sans ces envols d'imaginaires ?
Tant de mondes marchés
sous des éteignoirs dominateurs...

C'est à la roideur
de ces airs introduits
que la Geste puise
l'urgence de clore l'huisserie.

Cette immersion hivernale
dans un roman choisi pour
son évocation manigancée
d'un moyen-âge aux profondeurs insues
à force d'avoir été extirpées...

"De la trempe. Cette plume a de la trempe. Elle est de la race qui fait les chefs d'oeuvre. Il antédate & feminise Le nom de rose de trois siècles avec une maestria toute proche. Tout fait indice dans cette forme ramassée, librement versifiée. Florilegium, gesta & confessio multiplient les points de vue, les prises d'angle", écrit-il.

Toute la chronique ici.

+

Agrapha dans Bifrost

Sortie aujourd'hui du dernier Bifrost ! Le numéro 101.

Avec, dedans, une très chouette chronique de Agrapha signée Pierre Charrel.

[…] c'est un véritable roman sorcier qu'offre luvan, spécialement destiné à celles et ceux qui voient dans la littérature une manière de magie…

+

Khôra

C’est aujourd’hui le lancement de Khôra, l’épisode pilote de la saga In the field, conçu par Les Ensembles 2.2, créé dans le cadre de l’exposition h.I.A.t.u.s, organisé par Le Puzzle, à Thionville.

Khôra est un parcours sonore d'anticipation, mis en musique par Gaëtan Gromer et Antoine Spindler, avec les voix de Florine Chevrolet, Régis Kanté, Pauline Leurent et Jack Reinhardt.

Ça tourne sur l'application GOH et c'est pour toutes les oreilles, du moment qu'elles se trouvent à Thionville !

Plus sur ce projet ici.

+

Les Voix du Livre

Hier, Claire Garand m'a posé de pertinentes questions sur Agrapha, dans le cadre de son émission Les Voix du livre, sur Bac FM.

L'émission se télécharge ici.

La profondeur de son écriture aux métaphores et aux images parfois déroutantes creuse dans le matériau humain jusqu’au noyau, l’universel.

Les mots de Claire Garand posés sur mon travail d'écriture se lisent ici.

+

Toulon, et au-delà !

La semaine dernière, j'ai donné un Master Class à distance au sein de l’Atelier de Recherche et de Création « Morphogénèse » de L'École supérieure d'art et de design Toulon Provence Méditerranée, organisé par Cédric Vincent et Pascal Simonet.

En voici une trace sonore :

MiR est une démo de performance sonore.

7 itérations du même poème, tentative empêchée de comprendre l’espace à travers les 7 tranches du spectre électromagnétique.
Tentative de synesthésie, du corps comme radar.
Traduction de l'insensible en sensible.

MiR est inspiré des mots et des œuvres (par ordre d’apparition vendredi) des artistes Chloé Ménager, Charlotte Passeron, Éliette Cayre, Jonathan Carusso-Olivero, Teddy Médrinal, Amanda Toms, Charlyne Eckerl, Baptiste Azalbert, Elno Dal Bianco, Fanny Jarnot, Guillaume Simorre, Léa Kieng, Maéva Bonifacy, Thomas Alzéal, Gabriel Santarelli, Lisa Pignol, Bérangère Lamouroux, Flora Marchisio Defendi, Joy Lavigne, Joaquim Rodrigues Marques et Sacha de Gaulmyn.

Merci et bravo à toutes et à tous.

+

Adorer/Détester

Je suis bouleversée par la lecture personnelle et juste que Eva D. Serves propose de Agrapha.

Je suis comme face aux ruines, et comme face aux ruines : j’adore et je déteste. Ce n’est pas une manière de dire que je suis mitigée. Non. J’adore, pleinement et entièrement : tout le mystère, et la beauté que je devine au-delà du voile. Je sais qu’il y a là quelque chose qui me parle. Trop, peut-être. Et en même temps, parallèlement, je déteste.

Sa longue et pertinente chronique se lit ici.

+

Top Confinade

Agrapha dans le Top Confinade de Léo, sur Cinétrange.

Agrapha de luvan, plus beau livre paru à La Volte ever, immersion dans une communauté de femmes aux alentours de l’an mil : leurs liens, leurs vies, leur langue. Le bouquin, comme la grotte où résonnent les voix, est plus vaste qu’il n’y paraît. Le fond se dérobe. Une aventure de lecture, un unicum.

La sélection de Léo et Jérôme, tous médias confondus, se trouve ici

+