Actualités

ARCANA 2

ARCANA IS ONLINE !

This virtual exhibition is the result of caffeine fuelled conversations between the visual artist Hazel Ang and the writer Steve Toase . Conversations about the occult, ceremonial magicians, and eccentric filmmakers inspired them to start a platform based around the cards in hopes of presenting an international community of like-minded artists and writers to the Munich arts scene.

14 artists and writers were invited last year and exhibited in the beautiful Orangerie in Munich, Germany.

In 2020 there is a total of 44 participants; 22 artists, 22 writers coordinated by Diana Radovan.

My short text Isabella is Dead is part of that uncanny collection.

+

Mastodon & Villeneuve D'Ascq

En librairie :

Marianne Kmiecik, libraire à la librairie Les Lisières, à Villeneuve d'Ascq et à Croix, aime Agrapha et en dit ceci :

Formidable Formidable Formidable !!!
Une immersion totale dans une communauté de femmes au Moyen Âge, grâce à une autrice qui se plonge dans la traduction d'un manuscrit... Une maquette aussi belle que la langue s'y déploie, un univers foisonnant et énigmatique à souhait : un livre qui n'appartient à aucun genre et à tous en même temps !

Les Lisières :
73 rue Gaston Baratte
59493 Villeneuve-d'Ascq, France

Lu sur le réseau social Mastodon

Agrapha est "un livre aussi doux et fort que de se blottir sous une louve dans une caverne moussue tandis que poussent de vertes chênes "


©Marianne Kmiecik

+

Empilée, Répertoriée

Agrapha coup de cœur LGBTI+ de la librairie Les Mots à la Bouche, à Paris. Briquette d'une grande et belle pile. Jugez seulement :

Frédéric Holic a répertorié ma fiction intéractive Les Pierres, publiée chez Le Feu Sacré, dans le répertoire IFDB.

Agrapha coup de cœur de lecteur à la Librairie L'Horizon à Boulogne-Sur-Mer. Le lecteur en question s'appelle… Léo.

+

Pantagruellez-moi !

Eva, de lalibrairie Pantagruel, à Marseille, a aimé AGRAPHA.


©Librairie Pantagruel Marseille

Voilà ce qu'elle en dit :

Lorsqu'on retrouve une tablette ancienne vieille de plusieurs siècles, on est en droit de s'imaginer tout et n'importe quoi. Sur son histoire, sur la personne qui a gravé ces mots, sur ses intentions ... mais lorsqu'on se rend compte que cette tablette contient un savant mélange de grec ancien, de latin, de vieux français, tout est possible pour notre imagination. Luvan nous parle de cette communauté de femmes du Xème siècle, qui ont un rapport particulier, presque mystique avec la nature et qui ont créé, leur propre dialect. Un roman sur la richesse de la langue, sur nos acquis linguistiques mais aussi sur notre capacité à nous référer à nos racines.

Allez voir Emilie, Chiara et Patricia au 44 Rue Paul Codaccioni, 13007 Marseille !

+

Des oignons.

Oh ! Sur son compte Instagram, le Dévorateur a mis de très belles (et odorantes) photos d'Agrapha, que je ne résiste pas à la tentation de faire passer.


©Le Dévorateur


©Le Dévorateur

Si vous avez Instagram, suivez les lectures du Dévorateur !

+

Dévorée

Agrapha a été dévoré par le Dévorateur :

J’ai été complètement subjugué par ce roman. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en l’ouvrant. Il m’intriguait beaucoup, je sentais qu’il pourrait me plaire. Mais c’est seulement en lisant les premières pages du Liber primus que j’ai compris : j’allais être complètement envouté. Ça allait être une expérience de lecture complètement inédite. Et magnifique.

Et j’ai été en haleine pendant toute la lecture. Fébrile vers la fin. Une fois refermé, j’ai eu envie de relire les premières pages, je me suis retenu pour ne pas tout recommencer (ce que je ferai un jour).

Toute la chronique de Florian ici.


©Le Dévorateur

+

Agrapha à Saint-Nazaire

Camille, de la Librairie L'Embarcadère, a lu et aimé Agrapha.

Voici ce qu'elle en dit :

Attention : Objet Littéraire Non Identifiable !

Imaginez un manuscrit du Xe siècle, relatant le quotidien, les croyances, les miracles peut-être, de huit femmes réunies dans une grotte. Saintes ou sorcières, croyantes ou réfugiées.
Imaginez une historienne, tellement impliquée dans son travail de traduction et de recherche, qu’elle en perd pied avec la réalité et tente de rejoindre ces femmes.
C’est absolument brillant, passionnant et constamment intrigant.
Une ode à la nature et au pouvoir des femmes, un tour de force d’imagination et d’écriture !

Si vous êtes à Saint-Nazaire, passez à L'Embarcadère !

Librairie l’embarcadère
41, avenue de la république
44600 Saint-Nazaire
09 72 45 05 30

+

Par les yeux de Hugues

Hugues Robert (Librairie Charybde) a posé les yeux sur Agrapha et en fait une lecture éclairée et enthousiaste, sensitive et perspicace, qui me touche beaucoup.

"L’immersion conduite par la narratrice est un voyage, voyage au bout d’une nuit radieuse, voyage au bout du fleuve naturel d’une expérience de pensée singulière, dans laquelle le passé se fond avec l’actuel, en une belle présence du fantastique, pour mieux irriguer l’avenir".

"Les textes étudiés par la narratrice dans le calme austère et baroque des bibliothèques savantes autrichiennes ou bavaroises révèlent au fil des pages leur fonction discrète de passage vers une réalité différente, en direction d’une contre-histoire où la parole des vainqueurs n’aurait rien eu d’inéluctable".

Une chronique classée dans : ALIÉNATION, BIENVEILLANCE, CHLOÉ DELAUME, COMMUNAUTÉS DE FEMMES, DOMINATION, ETUDE DE TEXTES, FRANÇOISE MORVAN, FUSIONS, GENE WOLFE, HARRY MARTINSON, HISTOIRE, HOMÈRE, JEAN-YVES JOUANNAIS, LAURE AFCHAIN, LÉO HENRY, LINGUISTIQUE, LITTÉRATURE BELGE, LITTÉRATURE FRANÇAISE, LUTTE, MANUSCRIT, MARIE COSNAY, MATHIAS ECHENAY, MISE EN ABÎME, MOYEN-ÂGE, MYTHOGRAPHIE, MYTHOLOGIES, POÉSIE, RELIGION, ROMAIN VERGER, ROMAN, RUSSELL HOBAN, SCOTT BAKER, SOLVEIG ACKERFELD, SORORITÉ, SYNCRÉTISME, TRADUCTION

<3 <3 <3 <3

+