Actualités

Agrapha dans Bifrost

Sortie aujourd'hui du dernier Bifrost ! Le numéro 101.

Avec, dedans, une très chouette chronique de Agrapha signée Pierre Charrel.

[…] c'est un véritable roman sorcier qu'offre luvan, spécialement destiné à celles et ceux qui voient dans la littérature une manière de magie…

+

Khôra

C’est aujourd’hui le lancement de Khôra, l’épisode pilote de la saga In the field, conçu par Les Ensembles 2.2, créé dans le cadre de l’exposition h.I.A.t.u.s, organisé par Le Puzzle, à Thionville.

Khôra est un parcours sonore d'anticipation, mis en musique par Gaëtan Gromer et Antoine Spindler, avec les voix de Florine Chevrolet, Régis Kanté, Pauline Leurent et Jack Reinhardt.

Ça tourne sur l'application GOH et c'est pour toutes les oreilles, du moment qu'elles se trouvent à Thionville !

Plus sur ce projet ici.

+

Les Voix du Livre

Hier, Claire Garand m'a posé de pertinentes questions sur Agrapha, dans le cadre de son émission Les Voix du livre, sur Bac FM.

L'émission se télécharge ici.

La profondeur de son écriture aux métaphores et aux images parfois déroutantes creuse dans le matériau humain jusqu’au noyau, l’universel.

Les mots de Claire Garand posés sur mon travail d'écriture se lisent ici.

+

Toulon, et au-delà !

La semaine dernière, j'ai donné un Master Class à distance au sein de l’Atelier de Recherche et de Création « Morphogénèse » de L'École supérieure d'art et de design Toulon Provence Méditerranée, organisé par Cédric Vincent et Pascal Simonet.

En voici une trace sonore :

MiR est une démo de performance sonore.

7 itérations du même poème, tentative empêchée de comprendre l’espace à travers les 7 tranches du spectre électromagnétique.
Tentative de synesthésie, du corps comme radar.
Traduction de l'insensible en sensible.

MiR est inspiré des mots et des œuvres (par ordre d’apparition vendredi) des artistes Chloé Ménager, Charlotte Passeron, Éliette Cayre, Jonathan Carusso-Olivero, Teddy Médrinal, Amanda Toms, Charlyne Eckerl, Baptiste Azalbert, Elno Dal Bianco, Fanny Jarnot, Guillaume Simorre, Léa Kieng, Maéva Bonifacy, Thomas Alzéal, Gabriel Santarelli, Lisa Pignol, Bérangère Lamouroux, Flora Marchisio Defendi, Joy Lavigne, Joaquim Rodrigues Marques et Sacha de Gaulmyn.

Merci et bravo à toutes et à tous.

+

Adorer/Détester

Je suis bouleversée par la lecture personnelle et juste que Eva D. Serves propose de Agrapha.

Je suis comme face aux ruines, et comme face aux ruines : j’adore et je déteste. Ce n’est pas une manière de dire que je suis mitigée. Non. J’adore, pleinement et entièrement : tout le mystère, et la beauté que je devine au-delà du voile. Je sais qu’il y a là quelque chose qui me parle. Trop, peut-être. Et en même temps, parallèlement, je déteste.

Sa longue et pertinente chronique se lit ici.

+

Top Confinade

Agrapha dans le Top Confinade de Léo, sur Cinétrange.

Agrapha de luvan, plus beau livre paru à La Volte ever, immersion dans une communauté de femmes aux alentours de l’an mil : leurs liens, leurs vies, leur langue. Le bouquin, comme la grotte où résonnent les voix, est plus vaste qu’il n’y paraît. Le fond se dérobe. Une aventure de lecture, un unicum.

La sélection de Léo et Jérôme, tous médias confondus, se trouve ici

+

Charybde

Agrapha parmi les 25 lectures mémorables de Hugues Robert, de la Librairie Charybde !
Et sacré même "roman de l'année".

Aux confins de l’imaginaire, un texte est donc encore sorti du lot, parmi tant de lectures puissantes de l’année. Avec sa mystérieuse communauté de femmes de toutes origines géographiques et sociales, autour de l’an 1000, c’est un extraordinaire détour poétique et politique par le passé pour mieux s’essayer à libérer l’avenir. D’une écriture acérée, somptueuse et malicieuse, « ce qui n’a pas été écrit », aux détours d’une inventivité littéraire impressionnante, installe le langage au centre de toute tentative d’émancipation, dans un jeu de métaphores enchâssées qui laissent deviner et construire une folle narration historique, parmi les traces laissées dans les archives par ces femmes d’un autre âge.

Compulsez toute la liste ici.

+

La Clé des nuages

L'an dernier, à l'instigation d'Eugénie, j'ai testé La Clé des nuages, un jeu poétique et symbolique de kF Felix Beroud, avec Laurence Jonard.

Ceci n’est pas un compte-rendu.

Nous occupons chacune un bout du long canapé d’Eugénie.

C’est à la fois solennel et drôle. Nous nous connaissons bien. On ne sait pas si l’on doit croiser le regard de l’autre ou bien fermer les yeux pour mieux écouter sa voix. Le tête-à-tête produit l’un et l’autre à la fois.

À côté, bienveillante spectatrice, Eugénie est inconfortablement installée dans une liseuse au pli sec, sous un plaid, souriant comme un personnage de Jane Austen dont les deux filles viennent de trouver à se marier.

Sur la table basse, les vestiges de pistaches que j’ai croquées trop vite, façon lémurien surdosé.

Je suis la mage et Laurence mon image.

Ma partie précédente avec Eugénie ne m’a pas encore permis de mesurer à quel point il n’y a pas de point de vue, pas de pointe de compas, seulement des cercles qui s’entrecroisent et finalement se surimposent, jusqu’à décalquer sur l’une comme sur l’autre une réalité singulière. La vision que nous nous apprêtons à créer, au lieu d’éthérée, s’avère épaisse et tangible.

Suivez ce lien pour en lire le reste de ce compte-rendu, écrit presque à vif.

+